4 avril 2014 - Rencontre sur le mentorat

Les adhérentes se sont rencontrées le 4 avril, afin de discuter du programme de mentorat.

Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de cette rencontre.

Cliquez ici pour voir les photos de cette rencontre.

 

Le compte-rendu

Après quelques mots sur les premiers mois d'existence de l'association (mise en place administrative et financière, présentation aux directeurs d'administration centrale, succès du dîner du 3 décembre...), la présidente a rappelé les objectifs de cette journée :

  • Lancer l'action "mentorat". Dès la préfiguration de l'association, cette action est apparue comme une demande des adhérentes et une valeur ajoutée du réseau Femmes de l’Intérieur, en complémentarité des autres soutiens que la DRH peut apporter au suivi des carrières ;

  • Plus généralement, discuter librement de l'évolution de l’association.

     

14 h 40 Séquence 1 : Les actions réalisées par l’association

 

La trésorière adjointe, Cécile Dimier, a reçu 260 adhésions, dont la diversité en termes de périmètre, d’âge, de métiers correspond parfaitement aux objectifs de l'association.

 

Stéphanie Martin-Huguet a fait un point sur les travaux du groupe "stéréotypes". Au delà de l’égalité par les textes et les actions concrètes, ce sont les représentations, autant des femmes que des hommes, qui pèsent le plus fortement, d’autant plus que le ministère de l’intérieur, par son histoire et ses missions, est vu comme très masculin. Les premiers débats au sein de l’association et du groupe montrent qu’entre adhérentes ces sujets ne sont pas perçus de façon uniforme. Il est donc paru intéressant de s’en saisir collectivement pour élaborer une culture commune. Une courte bibliographie des rapports et ouvrages les plus récents et paraissant les plus intéressants a été mise à disposition des adhérentes sur le site internet. La matinée du 13 juin y sera consacrée, à travers un documentaire sur les femmes en politique, une présentation des concepts par le Laboratoire de l’égalité, et une table ronde. Un questionnaire, en outre, a été élaboré, en cours de test auprès de quelques adhérentes.

 

Le groupe annuaire a élaboré une fiche de renseignements à intégrer au site internet (partie privée).

 

La communication repose depuis septembre sur le site Facebook, qui a près de 150 abonnés.

 

L’association a bénéficié d’une couverture médiatique importante, avec chaque mois un ou deux articles ou entretiens dans la presse, les sites internet ou la radio. Ils sont retracés sur le site internet, créé en mars. S’y ajoute la plaquette de présentation distribuée ce jour.

 

La recherche de sponsors est envisagée.

 

15 h Séquence 2 : Perspectives d’évolution

 

Quelle dynamique de réseau pour quels objectifs ?

Les adhérentes proposent d’aborder le thème du télétravail et de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Ce sera l’un des volets abordés par le groupe "stéréotypes" dans une deuxième phase.

Elles suggèrent de s’appuyer sur des exemples étrangers.

 

La composition des groupes est revue afin d’y intégrer les volontaires présentes dans la salle. Il est décidé également de créer un groupe sur les femmes sapeur-pompiers, dont plusieurs ont adhéré.

 

Un débat s’est engagé sur le rôle que peut jouer l’association en région. Les membres du CA et les adhérentes qui ont tenté de créer un réseau local de Femmes de l’Intérieur se sont souvent heurtées à des difficultés, qui ne sont pas seulement dues à l’éloignement géographique au sein d’une région, ou à des obstacles financiers. Des freins, des remarques désobligeantes viennent de l’entourage professionnel. Des messages devraient donc être passés via les directeurs.

 

15 h 30 Séquence 3 : le mentorat, une stratégie de développement de la parité

 

Modération : Yvette Mathieu, préfète, vice-présidente de Femmes de l’Intérieur

 

Le programme "mentorat" part du principe que l'expérience ne peut se transmettre mais qu'elle peut se partager. Femmes de l’intérieur veut offrir à ses adhérentes un espace pour rompre l’isolement, partager des expériences, resserrer des liens, contribuer à la visibilité des compétences et des expertises féminines et aider à affirmer les ambitions individuelles.

Le mentorat apparait comme une réponse transverse et originale à trois objectifs que l’association s’est fixés :

  • créer un réseau professionnel, amical et d’entre-aide ;

  • faire connaitre les métiers du MI qu’occupent femmes ou hommes indistinctement, créer la visibilité de l’expertise au féminin, donner envie de carrière aux futures recrues ;

  • combattre les représentations.

 

Joëlle Bertani, coordonnatrice du réseau international Commercial Organization Areva et Anne Guillaumat de Blignières, présidente d’Alter Egales CDC, conseillère du Comité de direction du Groupe Caisse des Dépôts, a expliqué que le mentorat consistait à accompagner une personne dans un esprit d’ouverture et de bienveillance, en dehors de toute hiérarchie par le biais d’une relation interpersonnelle, dans le but de favoriser son développement, son expérience et ses connaissances.

"Accompagner quelqu'un, c’est se placer ni devant, ni derrière, ni à la place. C’est être à côté".

 

Leur exposé a donné lieu à de nombreuses questions dans la salle :

Peut-on choisir son mentor? Peut-on être mentorée à distance? Faut-il procéder à des pré sélections des mentors et si oui sur quelle base ? Comment trouver un sponsor pour soutenir la démarche et la porter ?

Comment bien communiquer sur ce concept pour ne pas donner une fausse image des capacités des femmes ? Comment s’assurer de réussir d’être un aiguillon « aimable » des DRH voire des syndicats ?

Quels sont les bénéfices d’une structuration de la démarche (constituer les binômes, programmer les échanges, définir d’un objectif clair, signer des engagements réciproques, assurer la confidentialité, mesurer, observer) ?

 

Le mentorat que l'association souhaite mettre en place, est une démarche volontaire et motivée qui s'adresse à toutes les adhérentes.

Il peut se déclencher :

  • à des moments clés au cours d’une carrière : insertion rapide, conciliation professionnelle et vie privée, diversification de l’évolution professionnelle...

  • pour bénéficier d’une expérience par rapport à une situation donnée : appropriation des codes et des modes de fonctionnement, sensibilisation à une culture managériale, confortation des hauts potentiels en devenir, affirmation de la confiance en soi par le développement personnel, nécessité d’une pause professionnelle pour raisons personnelles...

Le processus de mise en relation entre une mentore et une mentorée se fait sur la base de l’expression de candidatures motivées. Le groupe de pilotage valide les candidatures mentore et mentorée et réalise l'appairage. La première entrevue d’un binôme est assurée par le groupe de pilotage qui joue un rôle d’appui. Une courte formation de démarrage est dispensée aux mentores et mentorées.

 

Le groupe de pilotage "Femmes de l'intérieur", qui se compose de 12 membres, veillera à tirer des bilans de l'évaluation, à conforter le dispositif et à exploiter les enseignements pour être force de propositions sur les pratiques managériales.

 

Une expérience pilote sera menée dès cet été. Le processus ainsi pensé va pouvoir être testé pour être adapté et optimisé, comme tous les outils mis en place. Des candidatures à l’expérimentation se sont fait connaître le 4 avril dernier.

Une évaluation sera réalisée à l’issue de la période d’expérimentation estimée à fin 2014 et un appel à candidature sera alors lancé parmi les adhérentes.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Association Femmes de l'Intérieur