3 décembre 2013 - Dîner-débat à l'Assemblée nationale

Le 3 décembre 2013 s’est tenue la première manifestation de Femmes de l'Intérieur. Le ministre Manuel Valls a participé à son ouverture, avec son directeur de cabinet, Thierry Lataste, et sa conseillère pour l’égalité, Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc. Plus d’une centaine de préfètes, sous-préfètes, administratrices civiles, attachées, inspectrices générales, contrôleuses générales et commissaires de police, officières de gendarmerie, venues de toute la France, étaient présentes pour ce dîner.

La présidente, Marie-France Monéger-Guyomarc’h, a évoqué le mouvement de mobilisation remarquable suscité par la création de l’association, et les valeurs qui unissent les adhérentes, dont le nombre approche déjà les 200 : responsabilité, énergie et courage, ténacité. Leurs attentes : égalité, parité, perspectives et soutien, respect. Leur volonté non de s’opposer aux hommes, mais de contribuer avec vigilance à l’application des obligations légales sur les nominations, en tenant compte de leur difficulté évidente dans un ministère qui ne comprend que 30% de femmes. Leur volonté de lutter contre les représentations, de proposer des améliorations dans la gestion des ressources humaines, pour donner toute leur place aux femmes, et avancer tous ensemble.

Le ministre a souligné que pour la première fois se constituait à Beauvau un réseau féminin, après plusieurs initiatives durant les années 1990 et 2000. Il a rappelé la sous-représentation féminine dans les postes d’encadrement supérieur : 15% des préfets en poste territorial, 16% des emplois fonctionnels en centrale, 12% des postes de contrôleurs généraux, une seule femme générale de gendarmerie, une seule directrice de la police nationale, deux préfètes de région… Certes, les objectifs fixés par la loi pour les primo-nominations ont été atteints ou dépassés cette année. Mais il partage l’analyse de l’association : ce volontarisme, pour durer, doit s’appuyer sur des viviers, sur un travail collectif autour des représentations. Deux  annonces :

  • le dispositif ARIANE sera  triplé l’an prochain. Manuel Valls compte sur Femmes de l’Intérieur pour donner une visibilité aux compétences et talents féminins, oser des propositions imaginatives et audacieuses, et jouer un rôle d’alerte sur les résistances, les difficultés, les marges de progrès.
  • des plans d’action pour la parité devront présentés par les responsables des différentes composantes du ministère en mars prochain.

Le choix du lieu, l’Assemblée, était emblématique de la volonté de contribuer à l’accélération de la réalisation d’une égalité de droit. Le moment était propice : la loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes, adoptée à une large majorité au Palais du Luxembourg en septembre, est en cours d’examen au Palais Bourbon. Le choix des intervenantes et des thèmes abordés, des questions posées, illustre le souhait d’évoquer le cadre juridique, toujours en évolution, et les réalités de sa mise en pratique, à travers les témoignages de la présidente de la délégation dédiée aux femmes à l’Assemblée, Catherine Coutelle, d’une pionnière de la féminisation de la police, Martine Monteil. Ce fut l’occasion, aussi, de réfléchir à ce qu’une association professionnelle de femmes peut, dans un ministère régalien, apporter à ses adhérentes, sympathisantes et amis, grâce à la double expérience ministérielle d’une diplomate devenue ambassadrice, Cécile Pozzo di Borgo.

Crédits photo : MI-DICOM-Elisabeth Delelis.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Association Femmes de l'Intérieur